Revue de la presse du vendredi 17 mars

  Politique étrangère et européenne

Pays-Bas - Elections


Commentaires de M. Soini et Mme Parkkinen

Helsingin Sanomat rapporte que selon le ministre des Affaires étrangères Timo Soini, le résultat des élections aux Pays-Bas montre que l’audience d’un parti politique qui ne défend qu’une seule cause a ses limites.

« Le résultat des élections est entièrement une affaire interne aux Néerlandais. Ce résultat montre quel est le maximum de l’audience d’un parti politique avec une seule cause, ce qui n’est pas très élevé », a déclaré M. Soini mercredi.

M. Soini a cité Johannes Virolainen (1914-2000), homme politique centriste très connu, qui avait dit après avoir connu un mauvais résultat électoral : « Le peuple a parlé et plus de rouspétance !

La politologue Laura Parkkinen de l’université de Turku, spécialiste du populisme, estime qu’une des raisons pour lesquelles M. Wilders a échoué est qu’il a annulé des réunions électorales pour des raisons de sécurité. « Un populiste ne peut pas que tweeter, il doit être vu par les hommes de la rue. »

Mme Parkkinen estime aussi que le premier ministre Rutte a bien géré la crise diplomatique avec la Turquie. « M. Rutte a pris la situation en main d’une façon qui a plu aux Néerlandais. »

Elle souligne toutefois qu’il ne faut pas tirer du résultat néerlandais des conclusions hâtives sur la situation politique européenne. « Le populisme ne fonctionne pas comme un jeu aux dominos. » Mme Parkkinen estime que le succès plus modeste que prévu de M. Wilders n’aura pas beaucoup d’effet sur le résultat de Marine Le Pen aux élections présidentielles en France. « Cela est un coup mais non un coup fatal pour Mme Le Pen. La France s’intéresse toujours plutôt à la France. Les tendances européennes ne sont pas des sujets importants pour les élections françaises. »
HS/A25

Editoriaux


« Les élections néerlandaises ont suscité des craintes et un soulagement exagérés »

Dans son éditorial, Helsingin Sanomat note que les Néerlandais ont été étonnés de l’énorme intérêt des médias étrangers, même si les circonstances étaient les mêmes qu’en 2010 et 2012 et que le résultat n’est pas radicalement différent.

L’éditorialiste estime que le paysage politique fragmentaire néerlandais n’a pas changé de façon décisive, même s’il y a eu des transferts des voix. Cela est une nouvelle importante en cette période de changements.

Il est tout à fait possible que les élections néerlandaises se révèlent être un point culminant pour le populisme nationaliste européen mais nous ne pouvons pas le savoir maintenant, selon le journal.
HS/A5

"L’extrême-droite néerlandaise restera dans l’opposition"

Turun Sanomat constate, dans son éditorial, que selon les estimations, après le Brexit et la victoire électorale de M. Trump, les élections organisées dans plusieurs pays membres de l’Union européenne, dont aux Pays-Bas, en France, en Allemagne et peut-être en Italie, pourraient donner une nouvelle direction à toute l’Europe.

Le résultat du vote néerlandais n’a toutefois pas encore eu d’effet de jeu de dominos. Pour les Néerlandais, le résultat signifie des négociations gouvernementales difficiles.
TS/2

« Dans l’élection, il ne s’agissait pas de l’UE, mais des Pays-Bas » HBL

« Soulèvement populaire 2017 » AL

L’éditorialiste de Hufvudstadsbladet rend compte du soulagement collectif après le résultat des élections néerlandaises, mais également de certains paradoxes concernant les réactions. Il rappelle que le résultat néerlandais ne signifie pas automatiquement que Mme le Pen perdra du terrain en France, ou que d’autres mouvements xénophobes en Europe se retrouveront marginalisés au niveau où ils se trouvaient il y a quelques années, ou il y a quelques élections.

L’éditorialiste note que le parti de M. Wilders a avancé de 3 points alors que celui de M. Rutte en a perdu 5. Il rappelle que M. Rutte a lui-même durci la tonalité de ses propos concernant les immigrés. L’éditorialiste cite un tweet du ministre français des Affaires étrangères, et regrette le fait que le résultat néerlandais n’est pas interprété dans le sens où les forces populistes continuent effectivement à gagner du terrain.

L’éditorialiste d’Aamulehti estime que l’Europe a « gagné une manche dans le match contre le populisme d’extrême droite, le nationalisme fanatique, la xénophobie et le trumpisme ». L’éditorialiste estime que le plus remarquable dans les élections néerlandaises était peut-être le taux élevé de participation.

Il espère que la France suivra l’exemple des Pays-Bas, même si pour elle, c’est de la présidentielle dont il s’agit. Les orientations européennes seront définitivement choisies par l’Allemagne, à l’automne.
HBL/18, AL/A4

Finlande – Suède

Mme Wallström estime que la situation dans la région de la mer Baltique est plus calme désormais

La ministre suédoise des Affaires étrangères, Margot Wallström, qui a effectué une visite en Finlande hier, estime que les tensions dans la mer Baltique se sont atténuées. Il n’y a plus eu de violations de l’espace aérien ou des eaux territoriales suédois.

Sa récente visite à Moscou où elle a rencontré le ministre russe Sergueï Lavrov a été évoquée. Elle précise que la Suède entretient une perspective à court terme et une autre de long terme dans ses relations avec la Russie. A court terme, il s’agit de maintenir les sanctions, et à long terme, la Suède considère la Russie comme un grand pays voisin à l’Est.

M. Soini se félicite du fait qu’il y a une coopération et un dialogue entre les pays de la région. Il rappelle que la Finlande a toujours souhaité entretenir un dialogue avec la Russie.

M. Soini a annoncé que la Finlande et la Suède allaient présider une conférence de politique étrangère de haut niveau à Espoo, début septembre. La conférence s’inscrit dans le cadre des évènements à l’occasion du centenaire de l’indépendance de la Finlande.
HBL/13

Politique intérieure

Economie

Endettement

Helsingin Sanomat rend compte de l’évolution négative de l’épargne. En octobre-décembre 2016, les Finlandais ont dépensé plus d’argent qu’ils n’en ont gagné.

Le taux d’endettement augmente, ce qui est un souci à long terme, selon l’économiste en chef de la banque Aktia, Heidi Schauman. Pour le PIB, la consommation basée sur l’endettement est toutefois favorable, à court terme en tout cas.

Les investissements des ménages ont augmenté de 0,2 point pour s’élever à 11,8 %. L’endettement des ménages est de 120 %.
HS

PIB

Selon les informations préalables de l’Institut d’études statistiques, le PIB finlandais a augmenté de 1,4 point en 2016, contre 0,3 point en 2015.

Les investissements ont augmenté de 5,2 % par rapport à 2015. Selon Mme Schauman de la banque Aktia, il est à noter que les investissements concernent plus de secteurs qu’avant. Outre le bâtiment, il y a eu des investissements dans le secteur des machines et celui des équipements.
HS


La Banque de Finlande revoit ses prévisions à la hausse

La Banque de Finlande, qui avait prévu une croissance de 1,3 % pour l’année en cours, a revu ses prévisions et prévoit désormais une croissance de 1,6 % pour 2017 et de 1,5 % pour 2018.

M. Kilponen note trois facteurs derrière cette évolution : la conjoncture de l’économie mondiale s’est améliorée, la valeur de l’euro s’est affaiblie et la confiance dans l’économie finlandaise s’est renforcée.

Les centres de recherches et les banques partagent l’avis que la croissance s’appuie largement sur la consommation et les investissements privés. La Banque de Finlande estime toutefois que le poids des exportations ira croissant.
HS

Renvois

Le groupe de logistique Transval Services, sous-traitant du groupe de grande distribution S, entamera des négociations pour le licenciement de 470 personnes suite à la fermeture du centre de logistique du groupe S à Kilo, Espoo.
HS

Fiscalité

Les douanes soupçonnent une fraude fiscale importante

Les douanes soupçonnent deux magasins en ligne dont le siège est en Estonie, d’avoir vendu des boissons alcoolisées et des cigarettes en omettant d’en payer les taxes. Selon le fisc, il s’agirait d’une fraude s’élevant à plus de 1,5 million d’euros.
AL/A6

Sûreté nationale

Désignation

M. Seppo Ruotsalainen, chef adjoint de la Sûreté nationale, a été désigné chef du contre-espionnage de la Supo.
HS

publié le 17/03/2017

haut de page